Naturopathe-micronutritionniste Reims et Châlons
Sylvie Simonnet

Alimentation

Le régime sans FODMAPS se développe à grands pas. Cet acronyme anglais désigne les glucides fermentescibles : Fermentable Oligo, Di and Mono-saccharides and Polyols. Pour qui et pourquoi le suivre ?

F comme fermentescibles

O comme oligosaccharides (fructanes, fructo-oligosaccharides comme l'inuline et galactanes des légumineuses)

D comme disaccharides (lactose)

M comme monosaccharides (fructose en excès)

P comme polyols (sorbitol, mannitol, xylitol et maltitol)

Mon tout forme les FODMAPS.  Un nom que les colopathes doivent retenir !

Les FODMAPS sont des sucres à chaînes courtes, difficilement digérés et donc susceptibles de fermenter dans le côlon et de provoquer gaz, ballonnements douloureux, crampes digestives et diarrhées. C'est la nutritionniste australienne Sue Shepherd qui a étudié la première les incidences de ces petites molécules sur nos intestins.

Il est de plus en plus admis scientifiquement que les FODMAPS favorisent le syndrome de l'intestin irritable : ballonnements, maux de ventre, alternance  diarrhée-constipation, tout ce qui fait le quotidien douloureux et pénible du colopathe pendant des années !  

Un régime sans FODMAPS peut être proposé aux personnes qui présentent une sensibilité intestinale. Cette approche nutritionnelle développée depuis plusieurs années en Australie donne de bons résultats dans les troubles fonctionnels intestinaux chroniques. On parle de 75 % de taux de réussite pour un suivi de quatre semaines. Cela fonctionne aussi sur les diarrhées seules. Ce régime limite la fermentation des bactéries du microbiote, donc des gaz et la production d'histamine.

Mais ce type de régime ne doit pas être suivi trop longtemps car il modifie la composition de la flore intestinale. La réintroduction des aliments supprimés devra être progressive car la fermentation dépend de l'effet cumulatif des sucres.

Les FODMAPS à la loupe    

 Liste non exhaustive

Fructo-oligosaccharides (fructanes) : blé, seigle, oignon, ail, endives et artichaut

Galacto-oligosaccharides : légumes secs

Lactose : lait, yaourts, glaces et certains fromages

Fructose : tous les fruits et le miel, aubergines,  asperges, chocolat, nougat, noix de coco, sodas, limonade, jus de fruits concentrés, ketchup, sauce tomate, sauces anglaises industrielles

Sorbitol : pomme, poire, prune, abricot, nectarine, pêche, cerise, chewing-gums et bonbon sans sucre

Mannitol : crucifères, champignons, chewing-gums et bonbons sans sucre       

Le Dr Bruno Donatini, gastro-entérologue, conseille de réduire la fermentation de ces glucides en blanchissant les légumes (les plonger deux minutes dans l'eau frémissante) et en trempant les légumineuses avant cuisson.

Pourquoi devient-on intolérant au fructose ?

Quand le sucre des fruits n'est pas entièrement absorbé par l'intestin grêle, il se retrouve dans le côlon où les bactéries le décomposent, ce qui peut entraîner des diarrhées, des ballonnements ou des crampes. Il convient de limiter la consommation des fruits riches en FODMAPS et de privilégier les fruits rouges et plutôt sous la forme cuite.


Articles similaires

S'abonner !

Pour vous abonner à la liste de diffusion de ma Newsletter, vous pouvez me laisser votre adresse email ci-dessous :

Envoyé !

Derniers articles

Catégories

Mots clés

Réalisation & référencement Simplébo   |   Site partenaire de Annuaire Thérapeutes

Connexion