Naturopathie-nutrition -micronutrition - biothérapies
Sylvie Simonnet Châlons-en-Champagne et Le Guilvinec (Finistère)

Actualités flash

L'espérance de vie d'une femme à la naissance est de 85,5 ans et celle d'un homme de 79,3 ans. On a gagné près de vingt ans depuis la Seconde Guerre mondiale. Mais les chiffres sont moins bons pour l'espérance de vie en bonne santé (sans incapacité et sans maladie) : 63,5 ans pour une femme et 61,8 ans pour un homme en 2010. Pourquoi ?

 

Deux études américaines publiées dans PLOS One et Intelligence le confirment  : les seniors ont de meilleures performances intellectuelles que leurs aïeux, mais leur forme physique est moins bonne (www.lanutrition.fr).

Le nombre de maladies de civilisation explose : diabète de type 2, maladies cardio-vasculaires, cancers ... On arrive à la retraite en plutôt bonne santé, mais rien ne va plus après. C'est la modification de l'alimentation depuis les années 1970 qui expliquerait en partie ce phénomène. La perte de densité nutritionnelle de nos assiettes participe au développement des maladies de civilisation et du vieillissement précoce.


Vivre vieux et mieux !

Parmi les nombreuses études qui soulignent l'intérêt d'une alimentation santé, celle menée par les Instituts nationaux américains de la santé, sous la direction du Pr Dean Ornish, met l'accent sur les bénéfices lors d'un cancer. Chez des patients atteints d’un cancer de la prostate, le simple fait de changer de mode de vie et de modifier leurs habitudes alimentaires a permis un allongement sensible de leurs télomères (l'extrémité des chromosomes) de 10 % en moyenne, alors que dans le groupe-témoin (n'ayant pas changé son mode de vie), les télomères ont raccourci de 3 %.  Or le raccourcissement des télomères semble fortement associé au vieillissement et aux pathologies qui en découlent : diabète, maladies cardiaques, maladies inflammatoires et cancer.

Comment faire pour garder son énergie le plus longtemps possible  ?

Une enquête menée par l'IFOP sur la perception de la vieillesse chez les Européens  a révélé que les habitants n'avaient pas tous la même envie de vivre longtemps. Cela dépend du pays dans lequel ils vivent et des capacités qu'ils conservent : facultés intellectuelles, ressources financières, environnement affectif et familial ...

Vivre âgé, c'est vivre chez soi et continuer à se préparer des plats de qualité, pour soi, ses enfants, petits-enfants et amis. Les habitants d'Okinawa atteignent plus facilement les cent ans sur leur île plutôt qu'ailleurs grâce aux liens sociaux qu'ils conservent et un régime alimentaire hypotoxique. Ils continuent à travailler très souvent jusqu'à 80 ans, voire plus longtemps et sans contraintes.  

Selon une étude publiée en mai 2015 dans la revue Neurology, une alimentation à base de fruits, de légumes et de poissons, qui limite la consommation d'alcool, est non seulement bénéfique pour prévenir les maladies cardiovasculaires et les cancers, mais elle préserverait également le cerveau de démences de type maladie d’Alzheimer et plus globalement du déclin cognitif.  La moitié des cancers pourraient même être évités ou retardés sensiblement en adoptant des habitudes alimentaires saines.

Alors continuez à cuisiner le plus longtemps possible et mettez de la couleur dans vos assiettes !

           

 

                 

 

 

Source : www.i-dietetique.com.

 

Articles similaires

S'abonner !

Pour vous abonner à la liste de diffusion de ma Newsletter, vous pouvez me laisser votre adresse email ci-dessous :

Envoyé !

Derniers articles

Catégories

Mots clés

Réalisation & référencement Simplébo   |   Site partenaire de Annuaire Thérapeutes

Connexion