Naturopathie - Nutrition - Micronutrition - Phytothérapie
Sylvie Simonnet Châlons-en-Champagne (Marne) et Le Guilvinec (Finistère)
Naturopathie - Nutrition - Micronutrition - Phytothérapie
Sylvie Simonnet Châlons-en-Champagne (Marne) et Le Guilvinec (Finistère)

Lyme : silencieuse et insidueuse

Actualités flash

Les tiques, vous connaissez si vous avez un chien. Au retour d'une promenade en forêt, vous découvrez cette drôle de bête dans l'oreille de votre petit compagnon. C'est la partie visible de ce parasite… avec le risque élevé d'être infecté par Borellia Burgdorferi. 

Présente dans toute la France sauf dans les régions de haute montage (au-delà de 1 500 m), la tique s'en prend aux humains en repérant leur chaleur, leurs odeurs et vibrations lors de leur passage. Car la tique ne vole pas. Elle attend sournoisement le passage de sa victime ! En Allemagne, la borreliose chronique affecterait 800 000 personnes. La prévalence est mal définie en France. Mais l'on sait désormais que l'on n'est plus à l'abri même en ville ... Depuis 1999, la maladie de Lyme est reconnue comme une maladie professionnelle pour les personnes travaillant en extérieur, dont les ouvriers forestiers.

Lyme et co-infections. 71 possibilités de symptômes !

Les tiques sont potentiellement dangereuses car porteuses d'agents infectieux comme Borrelia, responsable de la maladie dite borreliose de Lyme, et de sept agents pathogènes créant des co-infections : Babesisa, Bartonelle ... . Une piqûre de tique est donc toujours infectante, mais elle ne transmet pas automatiquement Borrelia. Pour le Pr Luc Montagnier, "on doit désormais parler de maladie infectieuse froide", en raison de toutes les co-infections.  

Insidieuse, la morsure passe souvent inaperçue. Dans seulement un cas sur deux, la personne présente un érythème migrant : une tache en cocarde centrifuge autour de la piqûre.

En phase aigüe, de 3 à 30 jours après la piqûre, l'infection est traitée par antibiothérapie. Plusieurs mois après la piqûre, si aucune antibiothérapie n'a été reçue en phase primaire, Borrelia s'enkyste par un système de protection appelé biofilm et se protège des traitements anti-infectieux. La personne contaminée entre dans la phase chronique de la maladie avec des troubles plus ou moins handicapants selon son terrain et son système immunitaire : fatigue intense et persistante, douleurs articulaires (infection par Borrelia) et musculaires, céphalées, troubles visuels, de concentration et d'équilibre, dépression ... Il y a une multitude de symptômes en raison des co-infections. Cette bactérie peut traverser la barrière hémato-encéphalique, ouverte par les champs électromagnétiques.

La guérison durable est complexe. Borrelia est une bactérie élaborée, douée de multiples adaptations par un génome qui lui permet de se cacher du système immunitaire et de ne pas produire d'anticorps, rendant le dépistage aléatoire.

D'abord la prévention

Lors des promenades dans les zones à risques (forêts ou espaces herbeux), portez des vêtements couvrant les bras et les jambes (pantalon dans les chaussettes, sous-vêtements avec élastiques fermes, foulard ou casquette pour couvrir les cheveux ...) et imprégnés d'un répulsif naturel comme une huile essentielle d'arbre à thé. Au retour de la promenade, l'inspection du corps doit être complète. Passez sous la douche ! La tique doit être enlevée avec un crochet spécial vendu en pharmacie. N'attendez pas d'être mordu pour en acheter un ! Et n'utilisez pas d'alcool ni d'éther pour endormir le parasite au risque de le faire régurgiter et de libérer la bactérie infectieuse ! Le risque de transmission de  Borrelia dépend du taux d'infestation de la tique et de son temps d'attachement sur la peau.

La difficulté des diagnostics

En cas de morsure visible, un test de dépistage sanguin est effectué, mais la fiabilité du test de référence Elisa est faible. Si le résultat est positif ou douteux, le test Western-Blot est utilisé pour confirmer le diagnostic. En cas de résultat négatif du test Elisa, le parcours du patient s’arrête ici car le consensus des autorités de santé fixé en 2006 ne permet pas le remboursement par la Sécurité sociale du test de contrôle Western-Blot. Il est possible toutefois de le réaliser à ses frais.

Sous la pression des associations de malades, le gouvernement a mis en place un plan national de lutte contre la maladie de Lyme avec le développement de recherches à l'Institut Pasteur pour un meilleur diagnostic et l'ouverture de centres spécialisés pour la prise en charge des malades.

La recherche menée par le Pr Luc Montagnier, Prix Nobel de médecine, avance pour développer les tests moléculaires PCR (polymérase chain reaction), technique permettant d'amplifier les séquences spécifiques d'ADN et d'ARN et de détecter Borellia. La clinique peut renseigner sur la probabilité d'une infection, à partir du questionnaire de dépistage de la maladie de Lyme établi par le Dr Richard Horowitz :  www.associationsansfrontieres.com/questionnaire-lyme

Quel traitement ?

L'antibiothérapie séquentielle (cures de 8 à 21 jours par mois durant des mois) devra s'accompagner d'un rétablissement du terrain et du système immunitaire : protection du microbiote, éviction des ondes électromagnétiques et des pesticides par une alimentation bio, notamment. Demandez conseil à un naturopathe !  

Sources : www.lymesansfrontieres.com et www.francelyme.fr

La maladie de Lyme en 10 questions. Institut pour la protection de la santé naturelle.


Articles similaires

S'abonner !

Pour vous abonner à la liste de diffusion de ma Newsletter, vous pouvez me laisser votre adresse email ci-dessous :

Envoyé !

Derniers articles

Catégories

Mots clés

Réalisation & référencement Simplébo   |   Site partenaire de Annuaire Thérapeutes

Connexion