Naturopathie - Nutrition - Micronutrition - Phytothérapie
Sylvie Simonnet Châlons-en-Champagne (Marne) et Le Guilvinec (Finistère)
Naturopathie - Nutrition - Micronutrition - Phytothérapie
Sylvie Simonnet Châlons-en-Champagne (Marne) et Le Guilvinec (Finistère)

Repéré pour vous

Voire deux ou plus … En 2009, Paul Mc Cartney proposait aux instances européennes d'instituer une journée sans viande. Il relayait le Meat out Day créé en 1985 par une association de fermiers américains. La tendance veggie lui donne raison, avec le Lundi vert et les menus végans dans les restaurants scolaires.  

Les Français consomment en moyenne 55 kg de viande par jour et par personne. Mais la tendance veggie change le contenu de nos assiettes avec une consommation de viandes en forte baisse depuis les années 2010 (- 12 % de viande rouge en 2019).

Les représentants de la génération Y et ceux qui prennent soin de leur santé rejettent la viande ou n'en consomment qu'épisodiquement sur le modèle flexi-foodie (consommation de viandes et de produits végétaux) ou flexitarien (végétarien au moins trois fois par semaine). 

Une journée (ou plus) sans viande, pourquoi ?

  • Pour le respect des animaux, la lutte contre la maltraitance et le refus de l'exploitation en masse
  • Pour la préservation de l'environnement. La consommation croissante de viande est un désastre écologique par l'utilisation massive des ressources en eau. Il faut 1 500 litres d'eau pour obtenir 1 kg de bœuf. La production de viande monopolise 40 % des céréales cultivées dans le monde. Elle est à l'origine du tiers des émissions de CO2 produites par l'agriculture. Réduire de moitié sa consommation de viande, de produits laitiers et d'œufs permettrait de réduire de 25 à 40 % les gaz à effet de serre; La baisse de la consommation de viande rouge au profit de la volaille, du porc et des œufs a également un impact important sur la pollution des cours d'eau.  
  • Pour la santé. Les personnes qui mangent beaucoup de viande sont plus exposées que les autres au surpoids, au diabète, au cancer colorectal (viande rouge) et à la dépression  

Lundi vert pour tous

Pas de viande le lundi ! Il suffit de penser à acheter des légumineuses le week-end et de se (re)mettre aux fourneaux avec des recettes simples : lentilles (sans lard) et riz sauvage, purée de pois cassés ...  Même les grands chefs ont passé leur carte au vert, de feu Joël Robuchon à Thierry Marx.

Notre dentition et notre système digestif font de nous des omnivores. On est programmé pour manger de tout, mais en justes proportions. Notre organisme a besoin de protéines. Ce sont les briques ! Mais il est recommandé de réduire les protéines animales au profit des végétales dans un équilibre adapté à notre physiologie (enfant, femme enceinte, senior, sportif ...). L'idéal : 50-50.

Misez sur la qualité plutôt que la quantité et sur l'originalité ! Parmi les protéines alternatives, les algues et les insectes arrivent dans nos assiettes !  

Un récent rapport de la Société française de nutrition (8 août 2019) avertit toutefois sur les risques de régimes végans ou végétariens non contrôlés pour les personnes fragiles. Ils peuvent générer des carences en fer, zinc, vitamine B12 et Oméga-3. Attention à ces données : 22 % des enfants en âge préscolaire et 25 % des femmes enceintes souffrent d'anémie en France.

Plus d'infos : www.lundi-vert.fr

Repères :

1,3 millions de végétariens, 340 000 végans et 23 millions de fléxitariens en France (2019).

Plus d'infos : www.lafoodtech.fr  


Articles similaires

S'abonner !

Pour vous abonner à la liste de diffusion de ma Newsletter, vous pouvez me laisser votre adresse email ci-dessous :

Envoyé !

Derniers articles

Catégories

Mots clés

Réalisation & référencement Simplébo   |   Site partenaire de Annuaire Thérapeutes

Connexion