Naturopathie - Nutrition - Micronutrition - Phytothérapie
Sylvie Simonnet Châlons-en-Champagne et Le Guilvinec (Finistère)
Naturopathie - Nutrition - Micronutrition - Phytothérapie
Sylvie Simonnet Châlons-en-Champagne et Le Guilvinec (Finistère)

Alimentation

Le régime sans FODMAPs, vous connaissez ? Cet acronyme anglais désigne les glucides à chaîne courte qui fermentent dans notre intestin et qui peuvent être à l'origine de ballonnements et de troubles intestinaux bien inconfortables.

F comme Fermentable (fermentescible)

O comme oligosaccharides (fructanes, fructo-oligosaccharides comme l'inuline et galactanes des légumineuses)

D comme disaccharides (lactose)

M comme monosaccharides (fructose en excès)

A pour and

P comme polyols (sorbitol, mannitol, xylitol et maltitol)

Mon tout forme les FODMAPs, un nom que les colopathes sont invités à retenir.

Ce sont des sucres à chaînes courtes qui fermentent lorsqu'ils sont transformés par les bactéries intestinales. Ils libèrent ainsi des gaz dans l'intestin et peuvent être sources de ballonnements, de crampes digestives et de diarrhées. C'est la nutritionniste australienne Sue Shepherd qui a étudié la première l'incidence de ces petites molécules sur nos intestins. Il est admis que les FODMAPs favorisent le syndrome de l'intestin irritable, quotidien douloureux du colopathe. Un régime sans FODMAPs peut être proposé aux personnes qui présentent une sensibilité intestinale. Cette approche nutritionnelle donne de bons résultats dans les troubles fonctionnels intestinaux chroniques, avec 75 % de réussite pour un suivi de quatre semaines. La réintroduction des aliments supprimés devra être progressive car la fermentation dépend de l'effet cumulatif des sucres.

Identifier les FODMAPs … 

Le régime doit être suivi pendant six semaines, sur les conseils d'un professionnel de santé. 

A supprimer :

Oligosaccharides : les fructanes (céréales comme le blé, l'orge et le seigle), l'ail, l'oignon, l'échalote, les choux, le poireau, l'artichaut, les salsifis, les topinambours et certains fruits (pêche, nectarine,  abricot, figue, datte, pruneaux). Les galactanes : légumes secs

Disaccharides : le lactose que l'on trouve dans certains produits laitiers 

Monosaccharides : fructose des fruits consommés en excès et fructose industriel ajouté

Polyols : édulcorants de type mannitol, sorbitol ou xylitol des produits sucrés 

Le Dr Bruno Donatini, gastro-entérologue, conseille également de réduire la fermentation en blanchissant les légumes (les plonger deux minutes dans l'eau frémissante) et en trempant les légumineuses avant cuisson.

L'intolérance au fructose : Kesako ?

Quand le sucre des fruits n'est pas entièrement absorbé par l'intestin grêle, il se retrouve dans le côlon où les bactéries le décomposent, ce qui peut entraîner des diarrhées, des ballonnements ou des crampes. Il convient de limiter la consommation des fruits riches en FODMAPS et de privilégier les fruits rouges et plutôt sous la forme cuite.


Articles similaires

S'abonner !

Pour vous abonner à la liste de diffusion de ma Newsletter, vous pouvez me laisser votre adresse email ci-dessous :

Envoyé !

Derniers articles

Catégories

Mots clés

Réalisation & référencement Simplébo   |   Site partenaire de Annuaire Thérapeutes

Connexion