Naturopathie - Nutrition - Micronutrition - Phytothérapie
Sylvie Simonnet Châlons-en-Champagne (Marne) et Le Guilvinec (Finistère)
Naturopathie - Nutrition - Micronutrition - Phytothérapie
Sylvie Simonnet Châlons-en-Champagne (Marne) et Le Guilvinec (Finistère)

La chronobiologie

Comment ça marche ?

"Notre corps est une horloge", explique le Pr Olivier Coudron, professeur associé en pharmacologie clinique à l'Université de Bourgogne. Cela signifie que nous devons travailler, manger et dormir à certaines heures car toutes les cellules de notre corps sont soumises à des cycles biologiques.

Vivre selon nos rythmes biologiques

La chronobiologie étudie la structure temporelle des organismes vivants, ses mécanismes et ses dysfonctionnements. Si nos rythmes biologiques sont endogènes, ils dépendent aussi de synchronisateurs extérieurs dont le plus important est l'alternance entre le jour et la nuit.

Nous sommes sous la dépendance principale du rythme circadien, ce qui correspond à peu près à un cycle de 24 heures, même si des expériences menées sur des personnes isolées de la lumière ont montré qu'il pouvait varier jusqu'à 26 heures.

D'autres rythmes existent : infradiens qui sont inférieurs à un jour et ultradiens allant de 7 à 21 jours, voire jusqu'à un an. La synchronisation se fait à partir de neurones spécifiques de la rétine sensible à la lumière.  

Des applications nombreuses

On parle de chronothérapie avec l'administration des médicaments à certaines heures de la journée en vue d'optimiser leurs effets.

Le cortisol plasmatique atteint un maximum le matin vers 8 heures et un deuxième pic plus modeste en début d'après-midi", explique le Pr Coudron. " Toute administration de corticoïdes en dehors des horaires de sécrétion naturelle se ferait en dépit du respect de la chronobiologie. Une prise de corticoïdes le soir aura deux conséquences néfastes : la première sera l'augmentation des effets secondaires, telle que la fuite dans les urines de nombreux métabolites entraînant éventuellement une ostéopénie (perte de masse osseuse), et la deuxième sera la désorganisation des repères temporels de l'organisme car celui-ci est habitué à recevoir le message cortisol le matin et en début d'après-midi".

Les études sur la chronobiologie des traitements anti-cancéreux sont les plus prometteuses.

La chronobiologie nutritionnelle a été étudiée par le Pr Jean-Robert Rapin, docteur en pharmacie, ancien professeur de pharmacologie clinique. Le non-respect des rythmes biologiques de l’alimentation peut favoriser le surpoids ou l’aggraver. Des études ont montré que le dérèglement circadien est à l'origine de changements de comportements alimentaires plus fréquents. Les personnes vivant la nuit ont une sécrétion de leptine, une glycémie et une insulinémie augmentées et une production de mélatonine réduite. 

Alors tous dans le bon timing !

Sylvie SIMONNET - micronutritionniste formée en chronobiologie alimentaire

            

Sources :

Les rythmes du corps. Chronobiologie et santé. Dr Olivier Coudron. Nil édition. 1997


Articles similaires

S'abonner !

Pour vous abonner à la liste de diffusion de ma Newsletter, vous pouvez me laisser votre adresse email ci-dessous :

Envoyé !

Derniers articles

Catégories

Mots clés

Réalisation & référencement Simplébo   |   Site partenaire de Annuaire Thérapeutes

Connexion